Moshi Moshi

Moshi Moshi restaurant gastronomique japonais / Place Laffargue, Bordeaux / Livré en 2008
comard granger architectes

Le projet concerne l’aménagement intérieur d’un restaurant japonais MOSHI MOSHI à Bordeaux. Dans ce projet de réhabilitation, nous souhaitions respecter au plus juste les contraintes de l’existant. Le désir de ne pas perturber la structure d’ensemble conduit presque à une « installation » artistique.

Le rez de chaussée propose un espace de restauration au plus près de l’entrée, la préparation chaude confectionnée devant le client. Pour l’occasion deux chefs japonais officient à la préparation et cuisson des différents plats traditionnels. Un bar fait la couture entre les deux espaces assis. Le parquet en bois massif, un wengé sombre, est à la fois sol et assise. Les tables sont comme extrudées pour retrouver un contact au sol, au tatami.

La mise en scène lumineuse est importante, dans une pénombre intérieure toute japonaise. La collection de saké et alcools se détache des murs en torchis par un traitement qui fait scintiller les parois.

[quote style="1"] …Mais la véritable bonne surprise de ce week-end nippon à Bordeaux, vous la trouverez un peu plus bas, chez Moshi Moshi, un restaurant qui a ouvert ses portes en novembre dernier à l’initiative de deux Français encore sous le charme de leur long séjour au Japon. Ces deux amis qui n’avaient jamais exercé ce métier auparavant ont littéralement inventé ce restaurant du 3e type dont il n’existe, à notre connaissance, aucun équivalent en France.

Un ancien dépôt de charbon était à louer pour un prix raisonnable à condition de faire les travaux. « Dans un premier temps, raconte Emmanuel, nous avons voulu faire réapparaître les magnifiques salles voûtées du XVIII siècle qui avaient littéralement disparu sous une incroyable couche de suie. Ce n’est qu’après que nous avons imaginé le décor. »

Et quel décor ! Une salle tout en longueur organisée autour d’un bar en bois brut, suivie d’une autre où l’on s’assied à la japonaise devant de grandes tables basses éclairée par une douce lumière orangée. On peut ainsi choisir de regarder les deux chefs découper le poisson, griller les viandes et préparer les sauces, ou de s’installer pour un vrai dîner comme à Kyoto…

Patrick Manasson, Bordeaux japonais
[/quote]