Collège de Lège Cap Ferret

Collège de Lège Cap Ferret / projet BBC / Livraison 2014 / 5 229 000 € HT

Bien que déjà restructuré en 2004 pour la demi-pension et le Pôle Technologique – l’établissement doit être développé pour accueillir 600 élèves et présente actuellement beaucoup d’inconvénients : accueil fonctionnement intérieur inadapté à la nouvelle pédagogie, défaut d’accessibilité aux personnes à mobilité réduites problèmes de gestion de l’énergie et d’entretien.

Tout en se voulant «locale» malgré un modulaire préfabriqué, son architecture rappelle l’image du Hameau de pêcheurs de La Teste qui n’a pas réussi à franchir le cap de l’intemporalité contrairement a son image de référence. Celle qu’elle dégage aujourd’hui auprès des élèves est peu valorisante pour un établissement de qualité et de cette importance. Désuète elle les empêche de s’attacher et de s’identifier à ce collège.

Une entrée difficilement repérable, un préau obscur étouffant et réverbérant, repérage de bâtiments par des symboles naïfs et obsolètes, espaces intérieurs peu fonctionnels, présence de préfabriqués, une aire de récréation en gradins inaccessible aux personnes handicapées, un espace sportif relégué dans un coin de parcelle, des dents creuses spatiales isolées à la surveillance et à la sécurité … ce Collège doit être restructuré dans son ensemble et harmoniser son aspect extérieur.

Bien que sans exigence du label, la réalisation de cette opération doit atteindre la performance énergétique définie par le label BBC et s’inscrire dans la démarche environnementale préconisée dans le Cahier des Recommandations Environnementales et Techniques produit par le Maître d’Ouvrage.

L’idée de ce projet n’est pas seulement de restructurer et d’agrandir le collège de Lège Cap Ferret mais surtout de lui donner un nouveau visage pour être approprié et accepté de tous : élèves, enseignants et riverains. Tout en étant contemporaine, notre réponse est contextuelle, de matières, de formes, de proportions.

Ainsi l’entrée de l’établissement, le préau d’accueil, le bâtiment nouvellement créé et les bâtiments restructurés sont éclairés naturellement à travers un ciel de toiture ajouré et coloré, des baies horizontales linéaires en façades, des canons à lumière, ou des verrières, leur permettant d’être utilisés en toutes saisons et par tous les temps en limitant l’éclairage artificiel.

La maîtrise du rayonnement direct se fera par des brises soleil, claustras ou moucharabieh en bois de Pin régional traité qui joueront le rôle d’ombrarium et tamiseront la lumière de l’Est, de l’Ouest et du Sud.  Un jeu d’ombres chinoises dessinées sur les sols, les meubles et les parois apportera de la douceur aux locaux.